Skip links
Published on: Business

Face à 2021, tous agiles !

De nouveaux facteurs extérieurs induisent de nouveaux comportements… Et si pour faire face aux nouveaux enjeux de société et affronter 2021, il fallait complètement revoir son organisation de l’intérieur ? À travers ce contenu, nous vous proposons de diriger vos fondamentaux internes dans une même direction : vous relancer en toute agilité, après des mois et des mois d’incertitude.

  1. Être agile, je serai
    La culture Agile
    Comment devenir le partenaire de vos clients offre un avantage concurrentiel ?
  2. S’adapter, plus que négocier
    Maître-mot : la flexibilité
    Comment être centrés sur les résultats vous rend perméable au changement ?
    Exploiter le changement
  3. Mettre en place une méthode de travail, mais pas que
    “Tester et apprendre”
    Vous prendrez plus de feedbacks avec ça
  4. Amener son équipe à s’auto-gérer
    Mettre l’humain au centre
    L’autonomie

1. Être agile, je serai

La culture Agile

L’approche agile a fait ses preuves depuis 20 ans et ses 4 valeurs se concentrent autour de la ressource humaine, l’adaptation, les outils et le client, mentionnées dans un Manifeste. On parle d’ailleurs de Culture agile pour définir les différentes méthodes qui assouplissent la tenue d’un projet. La méthode est inventée pour les développeurs web avec un gros projet à traiter en simultanée. Dans leur contexte, ils devaient faire face à de nouvelles problématiques.

S’adapter à l’environnement en 2021, c’est pouvoir modifier la nature de son activité si les conditions l’obligent, par exemple en confinement, nombreuses entreprises ont performé en prenant en compte le facteur de la distance. Elles ont su maximiser l’usage des outils collaboratifs et les rendre plus efficaces.

C’est surtout la relation au client que l’on doit travailler dans ce sens, en lui accordant plus d’importance et de confiance. Il s’agit d’être davantage à l’écoute de ses besoins.

Comment devenir le partenaire de vos clients offre un avantage concurrentiel ?

Ce que nous retenons de cette année 2020 bouleversante, c’est le manque de piliers internes pour l’affronter. On note par exemple l’absence d’accompagnement de certains acteurs privés de digital dans les premiers temps de la crise, qu’il a fallu les aider à se digitaliser. C’est donc devenu le devoir des entreprises d’être au plus près de l’expression du besoin des clients, pour les avertir en cas de risque, pour anticiper ces risques, et surtout les accompagner le plus près possible face à de nouveaux outils avec lesquels ils ne seraient pas expérimentés.

Devenir agile, c’est cette idée de répondre plus rapidement aux besoins des clients, en délivrant des résultats plus réguliers et plus nombreux, qui marque la différence avec d’autres méthodes. En devenant agiles, vous démontrez à vos clients B2B votre rigueur dans le fait de proposer des résultats à chaque étape du projet et ainsi améliorer la relation avec eux. Finalement, le fait de s’adapter aux demandes du client et d’apporter une attention toute particulière à ses suggestions, permet de justifier l’adage comme quoi : le client est roi.

Vous devez davantage devenir le “partenaire” de votre client que son commanditaire. C’est dans l’agilité, que la relation de confiance peut s’installer. Être client-centric c’est concentrer toute son énergie sur le client, à commencer par l’impliquer tout au long de l’exécution du projet. Il se sent ainsi rassuré et avec l’impression de jouer un véritable rôle.

2. S’adapter, plus que négocier

Maître-mot : la flexibilité

Pour s’adapter au changement environnant, et faire face à la concurrence accrue, le manque de fonds, le ralentissement économique, mais aussi les doutes et les peurs du consommateur, il faudra être flexible. C’est la souplesse de votre organisation qui peut répondre aux évolutions du projet et de la direction que vous souhaitez qu’il prenne. C’est ce qui vous permet de changer d’orientation stratégique en cours de route.

Vous devez affronter la concurrence des entreprises “survivantes” et celles qui ont su tirer des avantages de cette crise. Se concentrer davantage sur l’instant présent, plus que le passé ou le futur vous offre un atout de taille et un gain de temps pour l’avenir : pouvoir ajuster rapidement et facilement en cas de mauvaises orientations stratégiques.

Comment être centrés sur les résultats vous rend perméable au changement ?

Il vous faut réinventer des méthodes de travail en allant dans le sens des résultats. C’est l’idée de la qualité et d’exploiter pleinement ce que nous possédons : de faire mieux avec moins, de minimiser ses actions et corrections.

Le besoin du client ne doit pas être arrêté, vous êtes à l’écoute d’opportunités qui pourraient sans cesse améliorer le projet à livrer au client. Le contrat établi avec lui ne doit pas venir empêcher la collaboration, il doit tenir compte de modifications éventuelles.

Établir une stratégie de fond et tenir un plan d’ensemble sont les premières étapes. Sans oublier d’intégrer des parties prenantes qui peuvent faire contrepoids à certaines demandes du client. N’oubliez pas que vous détenez le monopole des décisions !

Exploiter le changement

Exploiter le changement en étant agile, vous permet de vous différencier des autres, qui eux s’en tiendront à un contrat strict établi au départ, puis la diffusion finale du projet fini, nécessitant alors forcément des corrections.

Cela demande une certaine ouverture d’esprit pour accueillir ces différents changements à faire, et les orientations stratégiques à prendre, y compris ceux qui surviennent au dernier moment… Il faudra faire un parallèle constant entre les attentes et les résultats réels, observés dans un instant T. C’est cela être orienté sur les résultats.

C’est aussi sortir de sa zone de confort et proposer des livrables à intervalles courts et très courts au client : quelques mois ou quelques semaines ! Cela permet de voir venir et d’avancer petit à petit : se concentrer sur ce qui est déjà fait, moins sur l’avenir et ce qu’il reste encore à faire.

Être centré sur le résultat d’une action, pas à pas (ou les fonctionnalités d’un produit) permet de rassurer le client, tout en lui offrant une vue d’ensemble sur la direction que prend le projet global.

3. Mettre en place une méthode de travail, mais pas que

Tester et apprendre

La méthode agile est plus douce, plus humaine, plus souple, qu’une méthode traditionnelle de travail. C’est surtout l’introduction d’échanges permanents qui favorise la communication en interne et ainsi garantie une meilleure productivité et le bon déroulement des activités. Vous ajoutez une validation à chaque étape avant de passer à un nouvel objectif, pour que les résultats collent aux attentes des clients.

Vous devez ajuster ces changements dans la rapidité, et prendre rapidement les bonnes mesures. Pour cela, on simplifie les méthodologies d’actions en acceptant peut-être de prendre plus de risques sur le lancement des projets, mais en mode tests & learn ou test & react (comme nous le faisons chez Wiiv) sur des axes précis. C’est-à-dire vous devez anticiper toute la durée de vie d’une action avant le lancement, établir un premier “prototype” puis ajuster au besoin, on nomme ces types de méthodes : Minimum Value Product ou Proof of concepts (POC/MVP).

Vous prendrez plus de feedbacks avec ça

Les observations du déroulement vous permettent d’identifier de nouvelles modifications, de supprimer ce qui ne va pas ou n’est pas utile. C’est savoir faire toujours mieux, en questionnant sans cesse la valeur de son activité.

Pour cela, on introduit à l’agenda d’équipes des réunions qualitatives, certaines où les équipiers exposent leurs avancées, et ce, sur quoi ils butent (les stand-ups meetings) et d’autres pour questionner le sens du projet : est-ce que je vais dans la bonne direction ? Qu’est-ce que j’aurai pu mieux faire pour obtenir un meilleur résultat ? Ce type de communication constante permet de (re) définir les besoins réels et leurs évolutions.

Les feedbacks en cours d’avancées et à la fin des actions doivent être plus nombreux dans ce sens.

C’est en étant agile qu’on permet à un projet de gagner en productivité. Le projet évolue constamment et s’adapte aussi parfaitement aux nouvelles contraintes de temps et d’espace…

4. Amener son équipe à s’auto-gérer

Mettre l’humain au centre

La méthode agile s’éloigne des outils pour faire de la valeur humaine une priorité. De ce fait, le concept s’oppose à une structure plus rigide et plus verticale, là où la gestion de projet consistait en l’expression détaillée des besoins clients avant la réalisation et où les équipiers n’existaient que par leur savoir-faire…

On considère davantage les “créateurs de valeur ajoutée” (les équipes) comme les éléments centraux puisqu’ils sont la ressource principale. En plus d’être précieux, ils doivent porter la force du changement entrepris.

Les soft skills à l’honneur

De nombreuses entreprises technologiques américaines (Amazon, Facebook, Google, Microsoft…) plébiscitent d’ailleurs les compétences sociales et le savoir-être (soft skills), au détriment des compétences techniques. Amazon, par exemple, dont l’orientation est très centrée “client”, met en avant la qualité d’empathie dans la relation, Google et Facebook misent sur des atouts à fortes compétences sociales et émotionnelles, en plus d’aptitudes technologiques. Microsoft se concentre sur des qualités d’écoute et de curiosité. Il est intéressant de mettre en avant les softs skills dès le recrutement.

En valorisant votre capital humain, vous devez prendre en compte leur bien-être afin de susciter une certaine motivation. L’environnement de travail doit lui aussi être agréable. Pour assurer une qualité de vie au travail à vos collaborateurs, cela passe par revoir vos processus de partage de connaissances. Ils doivent être horizontaux pour que chacun puisse se sentir libre de contribuer au projet.

L’autonomie

Être agile, c’est miser sur ses collaborateurs comme ressources, mais surtout les amener à s’auto-gérer. Le but est d’instaurer un cadre de travail léger, mais qui doit soutenir un rythme constant et pour une durée indéfinie.

Vos équipes doivent travailler en co-créativité dans un objectif commun bien défini, et avec une vue d’ensemble sur les actions. Les réunions vous permettent de vous assurer que l’équipe a compris les enjeux nécessaires pour le client, le détail de chaque étape…

Le management doit s’adapter à cette méthodologie : pour une transmission d’information claire, le face-à-face est à privilégier. Le Servant leadership est le modèle de référence de l’agilité : c’est un modèle de management théorisé dans les années 1970 avec l’idée de choisir un manager principal (le Product Owner) en tant que chef d’orchestre de son équipe. Il repose sur : l’engagement, l’écoute, l’empathie, l’aide, l’anticipation et l’inspiration !

Un environnement de confiance

Il faut aussi pouvoir introduire la notion de flexibilité au sein même de vos équipes : chaque élément doit être capable de lâcher un projet ou de le stopper en cours de route et apprendre à s’en détacher !

On fait davantage confiance et on favorise un environnement de travail sain basé sur l’échange, dans lequel chaque acteur est un rouage qui permet à la structure d’avancer. Chacun dans son individualité est invité à laisser parler sa créativité puisqu’on a confiance en ses capacités. En démontrant une certaine solidarité en interne, vous permettez à vos éléments de s’exprimer.

Vous pouvez structurer vos équipes de manière à mettre en place un comité de direction (CODIR) composé de cinq personnes environ si vous en avez la capacité, pour qu’ils puissent avoir un pouvoir de décision interne et plus de responsabilité. Une bonne entente et une bonne communication facilitent aussi l’esprit d’équipe.

Dans cette optique, plus soudés, on s’adapte tout naturellement aux changements à venir. Une nouvelle ère distingue ceux qui sauront s’adapter au “monde d’après”, forcés d’évoluer, et ceux qui continueront à faire du sur-place avec les méthodes traditionnelles… Mettre son imagination au service du progrès et plus seulement compter sur la croissance permet de capitaliser sur un avenir. Alors dans quel camp voulez-vous être ?